Les acides biliaires sont normalement libérés de la vésicule biliaire dans la partie supérieure de l’intestin grêle, où ils émulsifient les graisses pour absorption, avant d’être recyclés plus bas dans l’intestin grêle. Dans des études animales, la sortie de la voie biliaire a été déplacée chirurgicalement vers la fin de l’intestin grêle, ce qui augmente la quantité d’acides biliaires qui entrent dans la circulation générale. Les souris traitées avec cette chirurgie ont moins d’appétit pour les aliments riches en graisses, ce qui suggère que les acides biliaires affectent les voies de renforcement comportemental du cerveau.

Pour tester cette hypothèse, il a d’abord été montré que ce type d’intervention produisait une élévation des acides biliaires dans le cerveau, entraînant une réduction de la libération de dopamine en réponse à la cocaïne. Dans les test de préférence de place conditionnée (modèle classique d’addiction) les souris ont également montré moins de préférence pour la chambre associée à la cocaïne.

Il a par la suite été montré que le OCA, substance qui imite l’effet de la bile au récepteur TGR5 dans le cerveau imitait les résultats de la chirurgie sur les comportements d’addiction à la cocaïne …

Prof Daniele Zullino

Bile diversion, a bariatric surgery, and bile acid signaling reduce central cocaine reward

Découvrir !