Une étude épidémiologique aux USA sur plus de 70’000 sujets de plus de 18 ans comparant la consommation d’alcool sur les 12 derniers mois, la consommation d’alcool à risque et la présence d’un trouble lié à la consommation d’alcool selon les critères DSM-IV entre 2002 et 2013 montre une augmentation importante de 11.2% pour la consommation d’alcool (72.7 % de personne qui consomment au total), de 29.9% de la consommation à risque (12.7% au total) et de 49.4% pour la présence d’un trouble lié à la consommation d’alcool selon les critères DSM-IV 1(2.6% au total). Les auteurs s’alarment de ses chiffres et parlent d’une crise de santé publique. Ils pensent que le fait d’avoir mis le focus sur les consommations à prévalence beaucoup moins élevée (comme le cannabis et les opiacés) a partiellement occulté cette réalité.

Prevalence of 12-Month Alcohol Use, High-Risk Drinking, and DSM-IV Alcohol Use Disorder in the United States, 2001-2002 to 2012-2013 Results From the National Epidemiologic Survey on Alcohol and Related Conditions

Bridget F. Grant, S. Patricia Chou, Tulshi D. Saha, ; et al, JAMA 2017

Vers l'article original du JAMA